Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 février 2014

Hollande assume son gauchisme libéral-capitalisme

 

Jargonnant comme jamais, dans le sabir habituel des communicants apatrides, François Hollande, lors de la conférence de presse du 14 janvier dernier, a proposé aux Français un improbable « pacte de responsabilité » destiné, notamment, à alléger les charges des entreprises, en contrepartie de quoi ces dernières s’engageraient à embaucher. En outre, l’ex-conseiller général de Corrèze a décidé la mise en place d’un non moins théodulesque « Conseil stratégique de la dépense » auquel sera assigné l’évaluation mensuelle des politiques publiques. On est évidemment très loin des enjeux et l’auto-proclamation incantatoire de la « social-démocratie » n’est qu’une duperie de plus.

La double pensée d’Hollande

Comme le relevait l’essayiste, Eric Dupin, sur slate.fr, « l’expression «social-démocrate» désigne moins une identité idéologique précise qu’elle n’est le signe sémantique d’une inflexion politique. (…) Née de la Révolution française, bercée par le romantisme révolutionnaire, largement coupée du mouvement syndical, la gauche française a toujours eu une fâcheuse tendance à se payer de mots. Elle compense, par sa rigidité doctrinale, les accommodements opportunistes auxquels l’exercice du pouvoir l’obligent régulièrement. Qu’importe que les pratiques trahissent les idées si la religion des mots est préservée » (15 janvier). Tout en feignant de se soucier de « justice sociale » mâtinée de démocratie participative, la gauche se paye de mots ainsi qu’en atteste l’injonction formulée par son « laboratoire d’idées », Terra Nova, l’incitant dorénavant à s’intéresser aux immigrés (ces nouveaux « damnés de la Terre »), aux couches écolo-bobo-progressistes des villes et aux minorités sexuelles. Ce faisant, elle pratique ce que Jean-Claude Michéa appelait, à la suite d’Orwell, la double-pensée, laquelle consiste à défendre et soutenir simultanément deux thèses parfaitement antagonistes (et antithétiques), tout en étant convaincu de leurs véracités respectives. Les déclarations de Hollande à la presse sont, de ce point de vue, symptomatique de cette schizophrénie de la gauche qui tout en se réclamant du socialisme des grand ancêtres de Jaurès à Blum, n’en épouse plus aucun des préceptes pour mieux coller aux idéaux libéraux (politiques et culturels) du capitalisme transfrontières. Ce mensonge à soi-même devient, par la force sidérante des mass médias, un mensonge à l’égard de tous, donc une effroyable imposture.

Social-démocratie ou socio-traitres ? 

On comprend alors pourquoi, le syntagme « social-démocrate » est utilisé à des fins d’habillage sémantique bien commode pour masquer les trahisons successives de la gauche française sur l’autel de l’économisme, autre épithète de l’économie de marché. Friedrich Engels ne s’y trompait pas lorsqu’il affirmait, jadis, que « pour Marx, comme pour moi, il est absolument impossible d'employer une expression aussi élastique pour désigner notre conception propre ». La vérité est que la social-démocratie n’a jamais existé en France, ce depuis le compromis historique (au lendemain de l’affaire Dreyfus) entre les socialistes des origines et la gauche bourgeoise républicaine, la première ayant été d’abord trompée et, in fine, absorbée par la seconde. De là, vient cette rupture incoercible entre la classe ouvrière et un patronat parfois issu de cette néo-bourgeoisie progressiste. D’autre part, ceux qui crie aujourd’hui à la trahison, du côté de chez Mélenchon, quand ceux, rive droite, chez Copé et consorts, hurlent au pillage idéologique, s’engoncent un peu plus dans une (im)posture politicienne qui ne doit plus tromper personne. On attribue à Philippe Séguin, cette formule selon laquelle depuis vingt ans, droite et gauche sont les détaillants du même grossiste, l’Europe. Un tel unanimisme en la matière ne peut déboucher que sur une pensée homothétique, monolithique et dogmatique : la pensée unique. Michéa encore lui – qui, par les « récupération » dont il est l’objet, d’Eric Zemmour à Marine Le Pen, en passant par Alain de Benoist et l’Action Française, est la cible d’attaques particulièrement virulentes de la part de ses « amis » de « gauche », lesquels le taxent de « déviance » néo-droitière, voire populo-réactionnaires – interprétait ainsi « le paradoxe de la ‘‘pensée unique’’ : il n’existe, en effet, aucune contradiction de principe entre la lutte des libéraux économiques pour la mondialisation des échanges et pour l’abolition de toutes les frontières, et celle que les libéraux politiques et culturels ont engagée contre tous les ‘‘tabous’’ arbitraires de la morale et contre ‘‘toutes les formes de discrimination’’ » (La double pensée. Retour sur la question libérale, Flammarion, 2008). Cette incapacité, consciente ou non, à s’affranchir des dogmes du « politiquement correct » oblitère radicalement et définitivement la crédibilité de ceux qui, aujourd’hui, redécouvrent l’eau chaude d’une impuissance politique dont ils ont été les infatigables architectes.

Aristide Leucate

Article paru dans L'Action Française 2000 n°2879

La machine d'Etat contre Dieudonné

On reste pantois devant ce que l’on appellera un acharnement d’Etat à l’encontre d’un saltimbanque, bientôt traité comme un terroriste, voire moins bien que tel. Une telle obstination de la part du gouvernement ne s’était plus rencontrée depuis l’affaire Mohamed Mérah. Sauf qu’aujourd’hui, elle est irrationnelle, disproportionnée et, bien évidemment, totalement illégale.

L’alibi de l’antisémitisme de Dieudonné

Il ne s’agit pas, par ces quelques lignes, de défendre le spectacle de Dieudonné, dont la qualité artistique relève de l’entière subjectivité des spectateurs et autres afficionados. La question posée par la mise en branle entêtée et effrayante de la machine d’Etat, au service d’une véritable vindicte ad hominem est celle de la liberté d’expression. Il faut remonter à l’affaire du « détail » des chambres à gaz et à la machination de Carpentras, qui avaient alors précipité Jean-Marie Le Pen (accessoirement parrain de Plume, la fille de Dieudonné) dans l’œil du cyclone médiatico-gouvernemental, pour trouver un étalon de comparaison. A l’époque, il s’agissait de dresser un cordon d’infréquentabilité entre le FN et la droite parlementaire dans le but d’affaiblir électoralement celle-ci et l’empêcher de passer avec celui-là des alliances qui eussent désavantagé la gauche. Le pouvoir socialiste se retranchait alors derrière le miroir aux alouettes de l’antiracisme pour faire oublier son virage européiste et libéral. Aujourd’hui, cette vieille recette est l’occasion inespérée de faire d’une pierre deux coups. D’abord, ériger, bien que défraîchi, un énième rideau de fumée antiraciste pour mieux masquer l’impéritie gouvernementale et présidentielle autant que les concessions faites discrètement au patronat (notamment dans la flexibilisation du droit du travail). Ensuite, donner des gages « au partenariat communautariste avec le CRIF » si justement dénommé par Eric Zemmour (RTL, 10 janvier). Le ministre de l’Intérieur, n’avait-il pas déclaré sur une radio juive alsacienne que « Par [sa] femme, [il était] lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël » ? De tels propos, outre qu’ils éclairent les dessous de « l’Affaire Dieudonné », laissent sceptique quant à la loyauté de ce commis de l’Etat – par ailleurs, naturalisé depuis à peine vingt ans – à l’égard de notre pays.

Le prix exorbitant de l’antisémitisme

Certes, l’antisémitisme n’est pas, en France, une opinion, mais un délit pénal. Dont acte. Mais reconnaissons qu’en l’occurrence, l’infraction se paye à un prix, jusque-là jamais atteint. Il suffit de lire l’ordonnance du Conseil d’Etat du 9 janvier, rendue – excusez du peu ! – sous la présidence du président de la Section du Contentieux lui-même, Bernard Stirn – dont les opinions à gauche sont notoirement connues, bien moins, sans doute, que sa filiation avec Alfred Dreyfus, dont il est l’arrière-petit neveu – pour constater, éberlué, que la plus haute juridiction administrative française s’est durablement discréditée en bouleversant une tradition du droit public français à laquelle l’Action française n’est pas étrangère par la jurisprudence fondatrice qui l’a inspirée. C’est notamment grâce à l’écrivain René Benjamin, ami de Maurras et Daudet, que le Conseil d’Etat inaugura, le 19 mai 1933, une jurisprudence aux termes de laquelle si l’autorité administrative ne dispose d’aucun autre moyen que l’interdiction préventive pour assurer le maintien de l’ordre, cette interdiction ne sera licite qu’à la condition impérative que la menace pesant sur l’ordre public soit d’une exceptionnelle gravité. Quelques années plus tard, en 1959, le Conseil d’Etat étendit cette solution à certaines projections cinématographiques, à raison de leur caractère « immoral » et compte tenu « de circonstances locales particulières ». C’est ainsi, par exemple, qu’un film comme La dernière tentation du Christ a pu être valablement interdit de diffusion dans des communes de pèlerinages religieux. Toutefois, cette jurisprudence, parfois discutable, mais toujours cohérente au regard du principe selon lequel « la liberté est la règle, la restriction à celle-ci, l’exception », subira un net infléchissement en 1995, lorsque la haute juridiction validera l’interdiction des lancers de nains comme contraire au « respect de la dignité de la personne humaine », conçu comme composante autonome de l’ordre public, ce, « même en l’absence de circonstances locales particulières ». Or, en affranchissant ce « respect de la dignité de la personne humaine » du contexte local – garde-fou nécessaire, permettant précisément de contenir la notion d’ordre public strictement entendu comme devant garantir l’exercice des libertés publiques – , le juge administratif l’a absolutisé. Ce concept des plus éthérés aux contours flous, va trouver sa pleine consécration instrumentale dans la récente affaire des spectacles interdits du bouffon Dieudonné. Les juges du Palais-Royal vont alors juger, en substance, que le spectacle de ce dernier est prohibé au motif que « la réalité et la gravité des risques de troubles à l'ordre public sont établis tant par les pièces du dossier que par les échanges tenus au cours de l'audience publique » (sic !) et que le contenu prétendument antisémite dudit spectacle porte « de graves atteintes au respect des valeurs et principes, notamment de dignité de la personne humaine, consacrés par la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen et par la tradition républicaine ». Ou comment, en France, désormais, le prétexte de l’antisémitisme justifie désormais toutes les censures d’Etat.

Aristide Leucate

 

Article paru dans L'Action Française 2000 n°2878