Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 avril 2016

Ni droite, ni gauche: la politique comme souci

La caractéristique première d’un système réside dans sa capacité à assurer sa conservation, sa survie. Pour cela, il doit sans cesse évoluer non pour modifier intrinsèquement son identité primordiale (le ferait-il qu’il disparaîtrait en tant que tel pour devenir au autre), mais pour s’adapter à son environnement. Le système politique, surtout en démocratie, n’échappe pas à cette constante. Ainsi, le tropisme « ni droite, ni gauche » qui atteint l’ensemble des partis de l’Etablissement, du Front national, au nouveau « En Marche » d’Emmanuel Macron, jusqu’au MoDem, participe-t-il de cette fonction homéostatique qui maintien, vaille que vaille, le système politique actuel la tête hors de l’eau.

Au centre

Sans doute désireux de connaître les frissons d’une élection présidentielle – c’est-à-dire, finalement, sans que le moteur de ce souhait taraudant ne soit mû par un authentique et réel projet pour la France –, Emmanuel Macron a lancé, début avril un énième parti politique dont le positionnement officiellement déclaré ni à droite, ni à gauche, finit par confirmer, de part et d’autre de l’échiquier politique, l’existence de subdivisions (d’aucuns les qualifieraient plus poétiquement de « nuances ») au sein de chaque mouvance partisane : une aile droite au PS (sans oublier son aile « gauche » représentée par les « Frondeurs »), une aile gauche chez les Républicains, idem au FN et des « ni droite, ni gauche », chez les uns, comme chez les autres. Ces derniers, obsédés que nous serions par une inflexible rigueur taxinomique, seraient-ils donc des royalises latents (adjectifs utilisé dans une acception rigoureusement psychanalytique) ? Dans la négative, leur républicanisme sourcilleux les porterait-il alors vers le « centre » ? Celui-ci devient pourtant saturé à force d’être préempté, tant par François Bayrou que par L’UDI fondé par l’ex-ministre écolo, Jean-Louis Borloo ou le « Nouveau » centre présidé par Hervé Morin. De plus, leurs accointances idéologiques comme leurs connivences gouvernementales passées avec la « droite » républicaine (Bayrou fut ministre de Balladur et de Juppé, tandis que Morin occupa le portefeuille de la Défense dans le gouvernement Fillon) semblent les éloigner irrésistiblement de la senestre du blason multipartiste français. A croire que la loi du milieu s’applique partout sauf au centre, preuve de son instabilité congénitale due, pour l’essentiel, à l’opportunisme chronique de ses membres qui se vendent aux plus offrants. On se rappellera, pour l’occasion, cette boutade de Pasqua, selon laquelle (à l’époque), « le RPR amenait les électeurs et l’UDF les élus ».

Preuve tacite de la faillite du système

Sentant les Français peu à peu gagnés par un sentiment de dégoût à l’égard d’une classe politique endogamique et hors-sol dont le discrédit profond n’a d’égale que son incompétence structurelle à répondre efficacement à leurs problèmes (affaissement du pouvoir d’achat, chômage endémique, insécurités diverses, etc.), nos politiciens professionnels, sur les conseils de leurs conseillers en communication, se mettent à inventer des formules pour « faire de la politique autrement ». Le créneau « ni droite, ni gauche », un temps occupé par le FN (lui-même, l’ayant emprunté au général De Gaulle vitupérant, à son heure, contre le « régime des partis »), paraît faire des émules, tous azimuts. De Jean-Pierre Raffarin qui suggère un « pacte républicain » avec le gouvernement Valls pour lutter contre le chômage, à Yves Jego et Arnaud Montebourg qui propulsent un « Vive la France » transpartisan, jusqu’à Jean-Pierre Chevènement qui caresse l’utopie, «au-delà des logiques partisanes», de conduire l’improbable attelage d’« une alternative républicaine, de Mélenchon à Dupont-Aignan.» à Barbara Pompili, en rupture de ban avec son parti EELV, qui, avant son entrée au gouvernement, envisageait, elle-aussi, une « plateforme » « citoyenne », ni de droite, ni de gauche, bien que scrupuleusement « républicaine ». Toutefois, à bien y regarder, tous ont en commun des postures que l’on dénommerait « situationnistes » (rien à voir avec l’organisation marxiste debordienne), tant il est patent que tous cherchent d’abord à se démarquer de leurs attaches partisanes originelles. Un peu comme si, pressentant un inévitable naufrage, chacun essayait de rompre avec ce qu’ils tiendraient, implicitement mais nécessairement, pour des entreprises en état de faillite.

Se départir des partis

Cette démarche de type « marketing » est à la fois pathétique et d’un profond cynisme. Philosophiquement incapables de s’affranchir conceptuellement d’un paradigme politique qui ne serait, précisément, pas celui de la démo-oligarchie qu’ils ont toujours connus, ils persévèrent, néanmoins, dans l’erreur diabolique de conduire leurs mandants vers les mêmes mirages impolitiques qui mèneront, de toute évidence, aux mêmes catastrophes. Or, vouloir se débarrasser d’une étiquette, au prétexte de ne s’en voir affubler aucune autre, suppose, en toute logique, de ne pas rentrer à nouveau dans une logique de parti. En d’autres termes, s’émanciper du PS ou de l’UMP, comme de leurs innombrables clones ou alliés, implique de recouvrer une certaine liberté de pensée, de parole et d’action. Bref, se départir de tout parti, y compris celui que l’on serait naturellement conduit à créer, conformément à sa vision du Bien commun. Mais, c’est encore là que le bât blesse, car il conviendrait également de ne plus se laisser intellectuellement enfermer entre ses barrières idéologiques initiales. Dans un entretien à Boulevard Voltaire (17 avril), le philosophe Alain de Benoist réaffirme ce qu’il écrivait déjà dans la magistrale préface de son érudite anthologie des idées contemporaines, Vu de droite (Le Labyrinthe, 2001) : «  [on] ne juge pas des idées en fonction de leur provenance, mais en fonction de leur justesse. La valeur de vérité d’une idée ne dépend pas de son étiquette ». Tâche ardue, prima facie, que de jeter délibérément, presque à contrecœur, un voile d’ignorance opaque sur ses anciens préjugés, ses rassurants poncifs, ses principes abstraits. Et pourtant, si cruellement mais méthodologiquement nécessaire.

La politique comme souci

Il faut donc s’atteler au réel, ce qui signifie que l’on doit résolument tourner le dos aux ombres de la caverne et accepter, non seulement de voir la lumière (fut-elle, forcément, dans un premier temps, aveuglante), mais accepter aussi de voir ce que l’on voit, comme disait Péguy. La politique demande, dès lors, un effort particulier à l’esprit humain qui doit compter obligatoirement sur sa propre dimension tragique laquelle est, en même temps, la plus claire et immédiate conscience de la limite des possibilités humaines. En ce sens, toute politique se définirait, a priori, à l’aune de la part de démesure ou d’infini (sinon d’indéfini) projeté, qu’elle recèle. Pierre Boutang eut des phrases brillantes et subtiles pour approcher l’indicible condition ontologique de l’homme cet animal « politique ». Dans sa lumineuse Politique considérée comme souci (Jean Froissart, 1948), le philosophe démontre que tout homme doit avoir le « souci » de la politique, soit cette « destinée ‘‘ouverte’’ et qui peut être manquée ». On ne saurait mieux récuser, ce faisant, la « professionnalisation » de la politique qui s’analyse, au mieux, comme une captation illégitime de la prétention dévoyée et exclusive de quelques-uns à gouverner le reste, la masse. Illégitimité renforcée du fait de la déshumanisation corrélative de la politique et, partant, de sa perte de sens tragique. Or, nous dit encore Boutang, si « le souci politique n’est pas le souci tragique », il n’en demeure pas moins vrai que « la tragédie prend sans cesse la politique pour objet, parce que c’est dans les familles et les cités [nous soulignons] que le retentissement indéfini de la démesure, le risque fondamental pour l’être de l’homme de se dissoudre, se manifeste le mieux ». Précisant son propos, Boutang relève que « le souci politique est une attention aiguë à la possibilité indéfinie de la destruction que la démesure réveille, et dont la tragédie nous donne les exemples ». Rien de plus (ni moins, d’ailleurs) qu’une invite à reconsidérer la méthode maurrassienne (mâtinée de positivisme comtiste) de « l’empirisme organisateur » sous les auspices de la métapolitique et de la philosophie. Nous mesurons combien le « ni droite, ni gauche » est aussi superficiel que vain, tant il est aux antipodes de l’enjeu fondamental, au cœur de toute politique : la conservation du bien commun, dont l’homme constitue le principal « souci ». La politique est bien cette attention perpétuelle portée à l’homme et à sa civilisation. A ce stade, la question brûle les lèvres de savoir si, de cette conception ontologique de la politique, se déduit mécaniquement un type de régime ? Sans hésiter, nous pensons que la monarchie s’impose de facto car elle a pour elle de se situer hors d’atteinte de la fureur indomptable des passions, à commencer par celles de se faire élire, réélire et reconduire sans cesse. Elle s’épargne, aux moindres frais de son hérédité lointainement enracinée dans l’Histoire, de sombrer dans la « bêtise », cette « destruction de soi-même » écrit Boutang et qui fait « périr des Etats ». Maurras, évaluant l’indéterminé de cette « collectivité sans nom, sans honneur ni humanité », qu’est la République répondait que « la monarchie royale confère à la politique les avantages de la personnalité humaine : conscience, mémoire, raison, volonté » (Mes idées politiques, 1937).

 

Article paru dans L'Action française 2000 n°2930

15 mars 2016

Le socialisme ou la voie française au totalitarisme

Sous l’intitulé « Hongrie, Pologne, Croatie : le grand bond en arrière », le dernier communiqué du Parti gouvernemental a-national-socialiste ne craint pas le ridicule (dont on finirait presque par regretter qu’il n’eût finalement jamais tué, ce qui entrouvrirait un espoir). Nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes affirme un brocard du droit romain, notamment en les imputant aux autres. Dissection d’une dictature qui vient.


Démocratie d’apparence


Il n’y a que les candides – c’est-à-dire la grande majorité de nos compatriotes se prosternant devant le Dieu Télévision, à raison d’une moyenne de 3 heures quotidiennes, selon les données 2013 de l’INSEE – pour penser et ânonner que « nous sommes en démocratie », celle-ci entendue comme le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. D’abord quel peuple, tant celui-ci subit les lavages corrosifs et dissolvants de l’ethno-diversité multiraciale et…multi-conflictuelle ? Ensuite, quelle démocratie ? A cette enseigne, il n’est qu’à citer le citoyen de Genève pour se convaincre que, depuis la Révolution de 1789, ce soi-disant mode de gouvernement n’a jamais été, au mieux, que le fourrier des duperies et autres tartufferies, au pire, que l’antichambre des totalitarismes les plus funestes : « il n'y a pas de gouvernement si sujet aux guerres civiles et aux agitations intestines que le démocratique ou populaire, parce qu'il n'y en a aucun qui tende si fortement et si continuellement à changer de forme, ni qui demande plus de vigilance et de courage pour être maintenu dans la sienne. C'est surtout dans cette constitution que le citoyen doit s'armer de force et de constance, et dire chaque jour de sa vie au fond de son cœur ce que disait un vertueux Palatin dans la Diète de Pologne : Malo periculosam libertatem quam quietum servitium. S'il y avait un peuple de dieux, il se gouvernerait démocratiquement. Un gouvernement si parfait ne convient pas à des hommes » (J.-J. Rousseau, Du Contrat Social, Livre III, Chapitre IV). Dans sa variante représentative, la démocratie française et européenne n’apparaît plus que comme un faux-semblant, un théâtre d’ombres platoniciennes où seul le spectacle (au sens de Guy Debord) de l’Oligarchie est exhibé comme l’unique réalité spectaculaire devant le regard atonal de citoyens-consommateurs, se mettant directement en scène dans leur propre spectacle de l’aboulie organisée. La soi-disant « majorité », censée refléter la non moins fantasmagorique « volonté générale », est ce nouveau nom qui transforme la démocratie réelle (idéelle) en démo-despotisme légal. Tocqueville l’avait entrevu, lorsqu’il s’effarait d’avoir « fait en Europe d’étranges découvertes. La république, suivant quelques-uns d’entre nous, ce n’est pas le règne de la majorité, comme on l’a cru jusqu’ici, c’est le règne de ceux qui se portent fort pour la majorité. Ce n’est pas le peuple qui dirige dans ces sortes de gouvernements, mais ceux qui savent le plus grand bien du peuple : distinction heureuse, qui permet d’agir au nom des nations sans les consulter, et de réclamer leur reconnaissance en les foulant aux pieds. (...) On a découvert de nos jours qu’il y avait dans le monde des tyrannies légitimes et de saintes injustices, pourvu qu’on les exerçât au nom du peuple » (De la démocratie en Amérique, Partie II, Chapitre IX).

Vérité en deçà des Pyrénées…

Le parti gouvernemental en France échappe d’autant moins à cette analyse qu’il participe, depuis 1981, de ce processus délétère de mise en coupe réglée de la France et de son peuple. En ayant imposé un racialisme d’État par la promotion de SOS Racisme – ainsi que le démontre sa dénomination, qui vise, à bien y regarder, à défendre explicitement un racisme anti-français et anti-européen –, puis le « mariage » inverti, sans oublier l’introduction dès l’école primaire, de la théorie du genre, l’Éradication nationale à la sauce Peillon-Belkacem, l’euthanasie de nos vieux non rentables (variable d’ajustement du communisme de marché), la submersion migratoire extra-européenne planifiée etc., le tout soutenu par une logorrhée intimidante et aseptisée. De ce point de vue, François Hollande n’a point faibli. Tout à sa médiocrité, il n’en reste pas moins le plus dur des satrapes dans ce qu’il a d’ignoblement vil et d’intrinsèquement mou. Assisté de Manuel Valls, son chien de garde, aussi pathologiquement atrabilaire que dangereusement velléitaire, ils excellent, tous deux, à rendre l’atmosphère de notre pays, proprement irrespirable. « Peu de gens savent que les lois sécuritaires en vigueur en France sont deux fois plus restrictives que celles en vigueur dans l’Italie fasciste », ose remarquer le philosophe Giorgio Agamben (L’Obs, 17 septembre 2015) – qui observait également que « choc et scandale ne sont pas des notions utiles pour comprendre: elles servent, en général, à refuser de comprendre ». Et pourtant, non content d’entretenir l’ennemi islamo-mafieux dans nos murs, nos apprentis dictateurs, Benithollande et Adolfo (Ramirez) Valls, n’hésitent pas à faire dire que de l’autre côté de l’Öder, le parti PiS (parti conservateur polonais Droit et Justice) « peut gouverner seul, sans coalition. Son programme s’articule autour de quelques principes : la centralisation du pouvoir, le nationalisme, l’euroscepticisme, l’atlantisme ». Quel scandale, en effet, lorsque, chez nous, le PS ressemble, à s’y méprendre à un parti gouvernant seul sans coalition (autre qu’avec ses surgeons groupusculaires que sont les écologistes et autres radicaux), un programme s’articulant autour de quelques principes : la centralisation du pouvoir, la francophobie, l’europhilie béate, l’atlantisme. La rue de Solferino poursuit avec la double bénédiction de l’Élysée et de Matignon, en disant que « sous l’influence de l’Église, le PiS pourrait faire de la religion une épreuve du baccalauréat ». Mais comment est-ce tolérable, quand, dans notre Socialie hexagonale, la théorie du genre a déjà fait son entrée dans les manuels scolaires quand les « cours » de (ré)éducation civique et morale endoctrinent nos enfants avec « l’esprit Charlie », le « vivre-ensemble » et l’allahïcité. La Croatie en prend aussi pour son grade « qui voit une droite dure arriver au pouvoir » et la nomination « comme ministre de la culture, [de] Zlatko Hasanbegovic, un ancien militant du mouvement d’extrême droite [brrr !] proche à la fois des milieux islamistes et catholiques de tendance dure ». Sous nos tropiques, il est vrai que le PS n’est nullement suspect de bienveillantes collusions ou de frontales connivences avec ces mêmes islamistes (du Qatar jusque dans nos chères banlieues périurbaines) sans parler des fanatiques influents du Grand Orient de France. Au surplus, que trois de nos ministres possèdent la bi-nationalité franco-marocaine, ne semble incommoder personne…

La dictature PS ?

Grave et solennel, ce même PS n’en finit pas de s’inquiéter de ce « vent mauvais » qui « souffle sur l’Europe centrale et orientale. Une orbanisation rampante et dangereuse ». et de conclure, en forme de pathétique apothéose que « le temps est venu de donner un coup d’arrêt à ces dérives autoritaires dans toute une partie de l’Europe qui conduisent à des attaques contre l’État de droit ce qui revient à saper les bases du projet européen qui s’était construit contre toutes les formes de totalitarisme ». Il n’y a, décidément, pire aveugle que celui qui s’obstine à ne pas voir. Par leur action corrosive et corruptrice, précipitant l’âme de la France dans l’infâme marmite aux crapauds mondialiste, les socialistes vallso-hollandais correspondent en tous points à la description du totalitarisme dressée par Hannah Arendt. Un récent article paru dans Contrepoints (24 février) s’essayait d’en brosser l’ontogénèse – n’aurait été, de la part de l’auteur de l’article, une implicite prémisse libérale qui en affaiblit inévitablement la démonstration car, si l’on veut être conséquent, encore convient-il de coudre à même sac le pseudo libéral-conservatisme avec le libéral-socialisme, les deux tentant de conjuguer leur libéralisme sur un mode oxymorique. Il importe, en effet, de comprendre que l’ADN idéologique du socialisme techniciste et progressiste emprunte, en droite ligne, aux totalitarismes homicides du XXe siècle, eux-mêmes issus de la matrice révolutionnaire des Lumières. Déjà en 1981, son entrée par effraction aurait dû inquiéter, non pour ce qu’il avait de trop évident dans ses liens alors supposés ou fantasmés avec Moscou, mais à cause des infernales promesses prométhéennes qu’il recelait. La droite française n’est pas la plus irresponsable de cet état de fait, ayant, d’une part, De Gaulle regnante, contribué volontairement à inoculer le germe gauchiste au cœur des institutions (Culture, Instruction publique), d’autre part, subit l’impudence intimidante (jusqu’à la surenchère mimétique de la fraction la plus progressiste de cette droite) de ces doctrinaires insanes. C’est ainsi que la prégnance d’un système préconçu de pensée – ou, plus exactement, la posture réflexe, quasi instinctive [anti-intellectuelle, donc] consistant à tenir le « vrai », le « bon » et le « beau » pour des réalités forcément temporaires et dépassables, dans ce qu’elles ont de « rétrogrades », « réactionnaires » sinon « moyenâgeuses » – comme support de leurs actes « politiques » nourrit cette emprise totalitaire qu’Arendt décrivit précisément comme un « processus ». « La pensée idéologique s'émancipe de la réalité que nous percevons au moyen de nos cinq sens, et affirme l'existence d'une réalité « plus vraie » qui se dissimule derrière toutes les choses que l'on perçoit et règne en cachette ». Les logiques prétendument sous-jacentes font alors fi des déterminismes sociaux qu’il importe de corriger à n’importe quel prix. Il s’ensuit, mécaniquement, une interprétation captieuse de l’histoire dont les évènements sont retravaillés a posteriori, selon les nécessités du moment : « l’historicisme hégélien transmis par Marx en héritage à l'idéologie considère normal le refus de regarder ou d'accepter chaque chose « comme elle est » et en une interprétation systématique de toute chose comme n'étant qu'un stade d'une évolution ultérieure » écrivait encore Arendt dans Les Origines du totalitarisme. Doit-on attendre, résignés, l’avènement des camps ?

Article paru dans L'Action française 2000, 3-16 mars 2016, n°2927

18 novembre 2015

Pour faire monter le FN, les socialistes auraient-ils sciemment laissé commettre les attentats ?

«Le pacte de sécurité plutôt que le pacte de stabilité», dixit François Hollande devant les parlementaires réunis en Congrès à Versailles, ce 16 novembre, trois jour après le « vendredi noir ». Comme toujours, le caractère périssable du slogan prend le pas sur la profondeur des grandes visions. Comme à l’accoutumée, l’intervention élyséenne fleurait bon son improvisation de communicant.


Néanmoins, cette « petite phrase », dont seul Hollande a le secret, en dit long sur l’impéritie structurelle de l’État. Disparu des écrans radars, le chômage. Exeunt les inopérantes incantations sur l’inversion d’icelui. Gommée, la croissance. Effacées les bourdes gouvernementales. Nous voilà subitement redescendus sur la terre ferme, en un atterrissage douloureux. Tragique même.


Et la prévisible « Voix de son maître » médiatique de dérouler la pelote des louanges à destination de l’ancien député de Corrèze, accidentellement devenu président de la République par anti-sarkozysme épidermique, qui, forcément, exploserait pour la seconde fois, le baromètre sondagier. Le voici à nouveau pleinement président, celui que l’on affublait, il y a encore moins d’une semaine, de sobriquets mortels du type « roi fainéant », « nain puissant » ou « nullissime boutonneux ».


Mais il y a plus. Contrairement à ce que l’ex-premier Secrétaire du PS pouvait laisser croire, celui-ci s’avère, en réalité, d’une redoutable intelligence. Non pas certes de ces intelligences créatrices inspirées par une vaste culture, mais de celles, foncièrement utilitaires, traversées par des fulgurances rendant l’intéressé, sinon génial, à tout le moins redoutable.


Hollande, en préemptant, la phraséologie sécuritaire sarko-lepéniste, scelle, en effet, cette artificielle « unité nationale », dont on a pu écrire, dans ces colonnes, qu’elle était un rideau de fumée, une duperie grotesque servant à occulter son évidente responsabilité politique. Simultanément, profitant de la sidération provoquée par les attentats, il se concilie, de Benoît Hamon à Jean-Luc Mélenchon, les faveurs d’une gauche qui n’en finissait plus d’ourdir contre lui.


Au-delà de cette écume, on peut s’interroger sur le cynisme d’une telle posture qui n’illusionne que les ingénus. Hasardons-nous à formuler une hypothèse qui, malgré – reconnaissons-le – son présupposé conspirationniste, n’en serait pas pour autant dénuée de vraisemblance, à en juger par la glaciale détermination destructrice dont n’a cessé de faire montre ce socialisme à visage hideux, depuis son arrivée au pouvoir. Ainsi, en jetant volontairement un voile d’ignorance sur les signes avant-coureurs de ces atrocités nécessairement repérés par nos services de renseignements, le pouvoir ne serait-il pas à l’origine d’une sordide instrumentalisation du terrorisme à des fins politiciennes : faire monter le FN – en lui assurant, le cas échéant, une nette victoire dans certaines régions – pour préparer une réélection en 2017. Mithridatisant la droite, Hollande se garde de sa gauche en étouffant dans l’œuf toute velléité de contestation de son leadership.


Circonspect, le criminologue Xavier Raufer, après avoir souligné le surarmement de Daesh, se demandait sur TV Libertés (14 novembre) : « l’État islamique est une armée mercenaire [mais] au service de qui ? ».


« Quand vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, même improbable, doit être la vérité » (A. Conan Doyle, Le signe des Quatre).

Aristide Leucate