Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 décembre 2013

C'est la gauche qui a inventé l'extrême droite

 

Qui n’a pas entendu ces expressions qui reviennent comme autant de leitmotivs horripilants pour ceux que la mélopée de la pensée unique finit par taper sur les nerfs : « idéologie d’extrême droite », « membre de l’extrême droite », « geste d’extrême droite », etc. et des plus vomitifs. Le décès récent d’un militant ultra de « l’antifascisme » a déchaîné une hystérie collective comme on n’en avait plus vu depuis la manipulation de Carpentras ou le 21 avril 2002. La gauche sociétale-libérale ayant trahi depuis longtemps le socialisme de ses pères, n’a rien trouvé de mieux que de s’ériger en parangon de la vertu bien-pensante en dénonçant partout une fantasmagorique extrême-droite fasciste et factieuse, prétendument dangereuse pour la République. Assez de cette imposture d’Etat ! L’extrême droite est agitée par la gauche pour faire oublier que c’est elle qui l’a enfantée !

Concept fourre-tout

On remarquera, en effet, que la classe politique et médiatique niche à l’intérieur de ce concept fourre-tout d’extrême droite, les pires abominations engendrées par la gauche et l’extrême gauche, au cours du siècle dernier et au début de celui-ci. Quant à la droite, son incapacité intellectuelle et politique à se dégager de la gangue post-épuration dans laquelle la gauche résistancialiste l’a enfermée, avec le soutien actif des gaullistes masochistes d’alors, la tient en état d’ankylose permanente confinant à la plus vile des pleutreries. Mitterrand avait cyniquement compris le parti qu’il pouvait tirer politiquement de cette situation, lui qui connaissait parfaitement cette droite complexée dont il était issu. L’épouvantail du Front national devait servir à maintenir la droite dans ses cordes, tandis que Jean-Marie Le Pen était démonisé à souhait, quand il n’en rajoutait pas lui-même, ayant fini par comprendre, lui aussi, que son rôle d’idiot utile de la gauche lui interdirait à jamais d’accéder aux plus hautes fonctions d’Etat. A l’inverse de sa fille. Et c’est tout l’enjeu de l’opportune montée en épingle de l’affaire Méric, où un insignifiant « red-skin » est bruyamment canonisé par une gauche en perte de vitesse électoralement, craignant une nouvelle traversée du désert pendant vingt-ans et qui sort de son placard muséal des années « SOS-Racisme », les antiques ficelles éculées du « fascisme » et de « l’abject ventre fécond de la bête immonde ». Harlem Désir est resté l’homme de ce passé frelaté.

Fascisme versus extrême-droite

Car, qu’est-ce que l’extrême-droite, si ce n’est, en toute logique, un ensemble d’idées et de mouvements politiques situées à droite de l’échiquier politique ? Notre bonne vieille Action française occuperait volontiers ce positionnement, dans la mesure où, à sa critique radicale des institutions républicaines et des doctrines sous-jacentes qui irriguent le régime et ses commis, elle associerait un certain conservatisme réactionnaire qui la classerait plutôt à droite qu’à gauche, quand bien même, rappelons-le, notre royalisme serait hors de tout parti. En aucun cas, contrairement à ce qu’ont pu soutenir abusivement des historiens comme Ernst Nolte ou Zeev Sternhel, l’Action française n’a été une quelconque voie au fascisme, pour le seul motif, que l’Etat (entité statique mue par le droit) n’a jamais été pour nous la subsomption de la nation, conçue comme une réalité vivante. Le néo-national-socialisme maquillé d’un pseudo (et incompris) solidarisme organiciste de groupuscules tels que Troisième Voie, emprunterait davantage à la rhétorique de la gauche, voire de l’extrême-gauche, pour lesquels, le culte autoritaire de l’Etat (la statolâtrie, à proprement parler) devait forcément conduire au bonheur des peuples placés sous sa férule. C’est donc se payer de mots à peu de frais que d’étendre indéfiniment des concepts ou en substituer artificiellement d’autres, au risque (mais à dessein) de troubler la représentation de la réalité idéologique. Sans aller jusqu’au détail, rappelons que c’est la gauche qui inventa et théorisa l’antisémitisme, pour d’autant mieux trahir, in fine, la classe ouvrière (cf. Jean-Claude Michéa qui explique comment, à la faveur d’un compromis historique de la gauche dreyfusarde avec cette dernière, elle sacrifia littéralement les idéaux du « socialisme héroïque » d’un Edouard Berth ou ceux du « socialisme corporatif » d’un Pierre Leroux). C’est elle aussi qui inventa le national-socialisme et le fascisme et vit naitre une cohorte de collaborationniste zélés et parfois opportunistes, louer l’Allemagne éternelle du III Reich (dont l’avènement fut prophétisé par Jacques Bainville). C’est encore elle qui inventa le mythe délirant de l’homme nouveau, d’Hitler (génocide de races) à Hollande (génocide de sexes) en passant par Staline (génocide de classes) et tous leurs épigones. Doit-on également passer sous silence, que c’est encore la gauche qui, pour les nécessités impérieuses de sa propre survie historique et idéologique, manipula et tripatouille toujours l‘Histoire, du mensonge des « 75 000 fusillés » à la dissimulation des plus de cent millions de morts du communisme, jusqu’à la légende de la traite négrière seule imputable aux Blancs ? La réductio ad hitlerum est décidément la source inépuisable de fantasmes les plus grossiers mais aussi les plus lucratifs d’une gauche sociétale-libérale toujours plus totalitaire…

Article paru dans L'Action Française 2000, n°2865

ANTIRACISME D'ETAT

Pas de quoi avoir la banane en ces temps de totalitarisme idéologique. Ras-le-bol de ces bûchers allumés, çà et là, par les Torquemada de cette pseudo-gauche en perte de vitesse !

L’antiracisme, priorité nationale

L’hebdomadaire Minute fait sa « Une », bravache et potache,– bête et méchante, aurait, naguère, clamé feu le canard d’extrême gauche, Hara-Kiri – sur un ministre malgré tout impopulaire – qu’une impudence infatuée fait opportunément sortir du bois –, voilà la machine d’Etat – pachyderme impotent depuis que Bruxelles la supplée en tout –, sort de sa torpeur, s’ébroue et expectore en un râle moribond une indignation bon marché, jusque-là réservée aux valets stipendiés du MRAP et de SOS Racisme. Mais, c’est bien connu, comme l’a pertinemment souligné Eric Zemmour, « c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. L’offensive médiatico-politique de Christiane Taubira est la marque du grand professionnalisme de notre ministre de la Justice. Elle a utilisé avec maestria la complicité de la presse bien-pensante qui relaie complaisamment l’accusation : la France est raciste. Roulez tambours, Christiane Taubira est la Jeanne d’Arc de l’antiracisme, c’est tout bénéfice pour elle qui se victimise et s’héroïse tout à la fois. De la belle ouvrage qui montre la faiblesse inouïe des têtes de l’exécutif Hollande et Ayrault, qu’elle a contraint à pousser leurs petits cris antiracistes pour la défendre » (RTL, 8 novembre) .Au lieu d’affronter les problèmes du jour que sont les dramatiques fermetures d’usines, les licenciements douloureux ou le chômage endémique, Hollande, s’inspirant de son maître Mitterrand, le talent et la culture en moins, tire les ficelles usées de l’antiracisme malodorant, avatar de l’antifascisme des années trente.

Antiracisme à géométrie variable

Hollande est contesté, conspué même, le « gouvernement » conchie sur le peuple de France qui n’en peut mais. Et tout le monde se met à entonner le couplet de la « République en danger », des « valeurs bafouées » d’icelle et de son corollaire indispensable, la « terrrrible « extrême-droite, cette brechtienne « bête immonde » au « ventre encore fécond ». Le raccourci subliminal est d’ailleurs vite fait. Marine Le Pen progresse à vitesse exponentielle dans les intentions de vote ? La faute aux galeux de Français, ces racistes indécrottables, mus par les mânes de Drumont, Gobineau, Maurras, Pétain, auxquels on adjoindra, sans craindre un contraste aussi saisissant qu’ironique, Zemmour, Finkielkraut et pourquoi pas, Dieudonné. En conclusion, la France est raciste, voire l’a toujours été, si l’on en croit le franco-togolais, Kofi Yamgnane, ex-sous ministre de l’Intégration, Mitterrand regnante, dont les liens d’allégeance et de fidélité à notre pays sont plus que douteux, l’intéressé, d’une probité tout aussi sujette à caution, n’ayant pas hésité à se présenter, en 2010, aux élections présidentielles de son pays d’origine, avant que sa candidature ne soit finalement rejetée en raison d'un « doute sur son identité », ses documents d'état civil mentionnant deux dates de naissance différentes. Cet antiracisme de pacotille est, de plus, à géométrie variable, comme le rappelle Nouvelle de France (13 novembre) : « Marine Le Pen représentée sous la forme d’un excrément par Charlie Hebdo, c’était en janvier 2012 et cela n’avait choqué personne ou presque : Christiane Taubira (que Minute n’ose même pas représenter sous la forme d’un singe, ce qui serait moins insultant que l’étron supra) moquée, cela donne une polémique nationale et la ministre de la Justice au JT de 20h de France 2 affirmant que cette couverture est d’une ‘‘extrême violence’’ et que l’hebdomadaire ‘‘prétend (l’expulser) de la famille humaine’’ ». Cette violence scatologique était pourtant défendue au nom de la liberté d’expression par les bien-pensants. On ne peut résister à pasticher ainsi La Fontaine : selon que vous serez Blanc ou Noir, les jugements de cour vous rendront puissant ou misérable.

L’antiracisme est d’abord un racialisme

Et l’on saisit compulsivement « l’ajustice », comme, sous la Terreur, on érigeait la guillotine, pour imposer une illusoire égalité des droits. Sauf qu’en cette affaire, à l’instar des animaux d’Orwell, si les allogènes et les indigènes sont égaux, ceux-là, bizarrement  le sont plus que les autres. Comme nous l’écrivions dans notre dernier opus, « il est grand temps de faire tomber les masques et de dénoncer la chape de plomb de cet antiracisme d’Etat insupportable qui classe la France au rang des dictatures qu’elle croit combattre au nom des droits de l’homme, dont elle n’hésite guère à bafouer les principaux piliers, à commencer par la liberté d’expression. (…) Il faut bien comprendre que l’antiracisme n’est rien moins qu’un racisme, voire même un racialisme et, comme tel, un suprématisme. (…). Bref, à partir du moment où le droit permet d’assurer la prééminence d’un groupe sur un autre, sur le fondement de considérations raciales ou ethniques, l’égalité de droits devient une duperie grossière. L’antiracisme en France est donc un véritable mensonge d’Etat relevant, d’après Philippe Nemo, d’une ‘‘pensée magico-religieuse’’ qui impose aux magistrats ‘‘de revenir aux modes de raisonnement des sociétés où les idées étaient réputées avoir par elles-mêmes une causalité intrinsèque, une sorte de force maléfique, à savoir les sociétés anciennes préscientifiques (primitives ou traditionnelles’’. Au nom de la supériorité inconditionnelle de la race humaine, l’antiracisme officiel nie, du même coup, les particularités essentielles attachées à telle ou telle population du globe. Il prétend, dans son dessein totalitaire, refaire l’humanité comme il voudrait qu’elle fût et non en prendre acte telle qu’elle est. Cette volonté constructiviste de façonner un homme nouveau est la principale caractéristique de toutes les idéologies mortifères du XXe siècle, sous-tendues par une haine foncière de l’homme. Alain Finkielkraut résumera en affirmant que ‘‘l’antiracisme est le communisme du XXIème siècle’’ » (Détournement d’héritages, L’AEncre, 2013). CQFD.

Article paru dans l'Action Française 2000, n°2874

29 novembre 2013

ENTRETIEN AVEC ARISTIDE LEUCATE, AUTEUR DE DETOURNEMENT D’HERITAGES (PROPOS RECUEILLIS PAR FABRICE DUTILLEUL)

 

« C’est un fait indéniable que nos sociétés contemporaines changent de visage sous les effets conjugués d’une immigration de masse  et d’une société de consommation de plus en plus addictive et hédoniste, avec l’obligation corollaire de communier obligatoirement dans la religion totalitaire des droits de l’homme ».


Vous êtes nouveau dans le paysage éditorial. Pourriez-vous vous présenter ?

Pas si nouveau que cela, puisque je collabore ou ai contribué, depuis plus de quinze ans, à divers journaux et revues, de Rivarol à L’Action française 2000, en passant par Le Choc du mois, Réfléchir et Agir, Nouvelle Ecole ou Boulevard Voltaire. Je suis assez inclassable et si je devais me définir, je reprendrai cette citation de Drieu La Rochelle, selon laquelle, je suis plus fidèle à une attitude qu’à des idées.

 

Vous avez sous-titré votre livre « la dérive kleptocratique du monde contemporain ». Qu’est-ce que cela signifie ?

Comme vous le savez, le sous-titre éclaire bien souvent le titre. Par l’usage d’un mot quelque peu inusité, j’ai voulu montrer (et c’est tout le propos du livre) que nous étions volés à nous-mêmes par ceux qui nous dirigent. En d’autres termes, nous ne nous reconnaissons plus nous-mêmes, notre environnement, autrefois (il n’y a d’ailleurs pas si longtemps puisque la période considérée s’étend sur une petite quarantaine d’année) si familier à notre regard, nous devient peu à peu étranger, tandis que nos codes culturels et sociaux (nos us et coutumes, en quelque sorte) cèdent le pas à des comportements et références plus « exotiques ». C’est un fait indéniable que nos sociétés contemporaines changent de visage sous les effets conjugués d’une immigration de masse (qui est le vecteur de l’islamisation de nos pays) et d’une société de consommation de plus en plus addictive et hédoniste (donc superficielle et éphémère), avec l’obligation corollaire de communier obligatoirement dans la religion totalitaire des droits de l’homme. Tels sont, selon moi, les marqueurs principaux de l’idéologie mondialiste. Le problème, voire le danger absolu pour notre civilisation française et européenne, est que nous finissons par « oublier » progressivement notre être profond et que nous ne savons plus dans quelle direction nous allons. Nous sommes devenus des consommateurs mondialisés, c’est-à-dire, nomades, apatrides, déracinés, acculturés, métissés, aseptisés (par l’hygiénisme ambiant), conformistes (notre esprit critique ayant été étouffé par le « politiquement correct »).

 

Vous brossez un tableau assez pessimiste, pour ne pas dire sombre, sinon apocalyptique…

Hélas, je n’y suis pour rien, puisque je me suis borné à photographier la réalité en assortissant mes clichés d’une grille d’interprétation, laquelle est forcément subjective, donc discutable. Mais casser ou cacher le thermomètre ne fait nullement redescendre la température et la grippe est toujours là.

 

Vous balayez beaucoup de thèmes, l’islam côtoyant la « mal-bouffe », elle-même voisinant avec la diplomatie, le « pouvoir d’achat » et des portraits politiques.

En choisissant pour titre, Détournement d’héritages, j’ai emprunté une formule que les notaires connaissent bien mais aussi ceux qui se disent victimes d’indélicatesses de la part de défunts qui les auraient déshérités. Par-là, j’ai souhaité montrer la vie des gens, notre vie. Nous sommes quotidiennement confrontés à des problèmes aussi divers que l’alimentation, la santé, la météo, la peur, etc. Tous les jours, le journal télévisé, la radio ou Internet relatent les horreurs et autre évènements de l’humanité. Quand vous prenez le métro, vous vous affrontez à la réalité brute et entêtée, celle qui vous fait prendre conscience (si vous faites marcher votre sens critique) de tous ces thèmes abordés dans mon livre.

 

Vous traitez aussi de l’homosexualité et de l’antiracisme. Deux questions relativement explosives quand on sait que la liberté d’expression en ces domaines est en résidence surveillée. S’agissant du premier, vous osez des termes comme « paires » (au lieu de couples) homosexuelles et suggérez même le caractère pathologique de l’homosexualité qui, en ce sens, relèverait de la psychanalyse. Au sujet de l’autre, vous écrivez qu’il est « un racisme voire même un racialisme et, comme tel, un suprématisme ». Bref, n’y allez-vous pas un peu fort ?

Mes propos méritent d’être lus et relus, surtout entre les lignes. Quand j’affirme, que «  prenant pour acquis l’axiome freudien, sans courir le risque (et pour cause !) de le démontrer, la psychanalyse contemporaine évacue tout bonnement l’homosexualité du champ de sa critique clinique », c’est moins pour définir l’homosexualité par un marqueur essentiellement pathogène, que pour montrer, en creux, comment la psychanalyse s’est, selon moi, déconsidérée (et donc décrédibilisée) en contournant et en travestissant les évidences. Ce qui est critiquable n’est pas l’homosexualité en tant que telle, qui relève de l’intimité la plus absolue (et qui, se faisant, ne dérange personne, les homosexuels eux-mêmes, dans leur écrasante majorité, réclamant à juste titre, un droit à l’indifférence ), mais le fait que la psychanalyse (à l’instar de la climatologie) est devenue, au fil des décennies (et grâce à l’alibi bien commode mais très discutable du freudisme) un discours monolithique et dogmatique qui ne souffre guère la dissidence. Les débats, souvent vifs, qui ont opposés partisans et contempteurs du « mariage » pour tous et la victoire indiscutée des premiers est symptomatique, à cet égard, de la prégnance de ce discours univoque et, in fine, totalitaire, de la psychanalyse auto-érigée en arbitre des orientations sexuelles. A l’évidence, il me semble que l’enracinement de ce discours dans l’esprit de l’opinion comme dans celui de l’université, a contribué à l’émergence de théories farfelues (« gender », mariage homosexuel, homoparentalité, etc.), appuyées par des revendications marginales mais puissamment relayée au sein des médias et des cercles de pouvoirs. Il en va de même concernant la question de l’antiracisme, que j’aborde sous l’angle, là encore, totalitaire, d’une religion d’Etat.

 

Toutefois, vous conviendrez que votre propos sera loin de faire l’unanimité, y compris dans « nos milieux »…

Et alors ! En cohérence avec ma démarche, si je combats la pensée unique de gauche, ce n’est pas pour me complaire et m’encaserner (et avec moi, les lecteurs) dans une pensée unique de droite. C’est pourquoi j’appelle à une lecture attentive et subtile de ce livre touchant  bien d’autres domaines qui sont autant d’indices de la dépossession de nous-mêmes, en tant que peuple, en tant que Français, en tant qu’Européens.

 

Votre ouvrage s’appuie sur une vaste bibliographie où l’on perçoit vos influences philosophiques.

Certainement. En écrivant, on se dévoile et il est difficile de demeurer en retrait de soi. Je viens de l’Action française et il ne faut pas s’étonner de retrouver, çà et là Maurras et Bainville. Mais je revendique une filiation non moins forte avec la pensée d’Alain de Benoist, de Jacques Ellul ou de Jean-Claude Michéa. Quoi qu’il en soit, il n’y a pas chez moi de rigidité ou d’obsession idéologique, même si j’aime fréquenter les auteurs qui ont naturellement ma préférence. Et puis reconnaissons d’ailleurs que ce sont ceux qui n’ont pas les faveurs des médias, qui défendent les thèses les plus pertinentes.

 

Détournement d’héritages, d’Aristide Leucate, éditions de L’Æncre, collection « A nouveau siècle, nouveaux enjeux », dirigée par Philippe Randa, 280 pages, 25 euros

17:03 Publié dans Idées, Médias | Lien permanent | Commentaires (0)